Le Parlement européen a demandé à la Commission européenne de mener une étude sur l'agriculture durable et la conservation des sols. Deux directions de la CE sont associées à ce projet : la DG Agriculture et le Centre commun de recherche du DG.

Le CCR participe au projet avec deux instituts : l’Institut pour l’environnement et le développement durable (IES: Unité de la gestion des sols et des risques naturels et l’unité Ressources rurales, eau et écosystèmes) et l’Institut de prospective technologique (IPTS - Agriculture et sciences de la vie dans l’économie Unité) à Séville.

L’Unité « Action des sols de la gestion des sols et des risques naturels » est chargée d’évaluer les problèmes de dégradation des sols agricoles et les pratiques de conservation des sols correspondantes. L'évaluation de la dégradation des sols sera réalisée en fonction des menaces identifiées dans la stratégie pour les sols (lien COM (2006) 231). Plusieurs études de cas ont été organisées dans toute l'Europe dans le but spécifique d'évaluer le rapport coût-efficacité des mesures agroenvironnementales appliquées en ce qui concerne la conservation des sols. Le projet a débuté en 2007 et s’est terminé en 2009.

 

Contexte du projet

L'agriculture, qui cultive une proportion importante des terres européennes, joue un rôle important dans la préservation des ressources naturelles et des paysages culturels, condition préalable à d'autres activités humaines dans les zones rurales. 
Cependant, des pratiques agricoles et une utilisation des terres non durables auraient des effets néfastes sur les ressources naturelles (sol, eau, biodiversité, etc.).
Le Conseil européen a adopté une stratégie d'intégration des préoccupations environnementales dans la politique agricole commune (le "processus de Cardiff") en 1999. Les réformes de la PAC de 1999 et 2003 et la nouvelle politique de développement rural adoptée en 2005 constituent les principales étapes de cette réforme.nLes mesures agroenvironnementales de la politique de développement rural constituent les instruments essentiels de l'intégration des préoccupations environnementales dans la PAC. La conditionnalité, et en particulier les dispositions visant à maintenir les terres agricoles dans de bonnes conditions agricoles et environnementales, peuvent également jouer un rôle positif pour la conservation des sols.
Parallèlement, dans le domaine de la politique environnementale de l'UE, la stratégie thématique sur les sols et la proposition de directive-cadre relative aux sols qui y est associée encouragent les États membres à développer des synergies avec les politiques existantes.
En 2007, le Parlement européen a demandé à la Commission européenne de mener à bien un projet intitulé "Agriculture durable et conservation des sols grâce à des techniques de culture simplifiées". Le Parlement européen indique qu’"en Europe, la dégradation et l'érosion des sols est probablement le problème environnemental le plus important" et souligne qu'il est important que l'agriculture de conservation soit un "ensemble de pratiques de gestion des sols qui minimisent l'altération de la composition, de la structure et de la biodiversité naturelle du sol, en le protégeant contre l'érosion et la dégradation ".
Tout en déclarant que "les mesures de planification du développement rural pour 2007-2013 offrent une occasion unique de progresser avec ces techniques", le Parlement européen souligne que le projet devrait "favoriser la connaissance de ces techniques afin que la future législation européenne puisse être facilement appliquée". En tant que composante fondamentale, le projet est destiné à couvrir les activités de diffusion du savoir-faire.


Objectifs

Les objectifs généraux du projet SoCo sont :

  • améliorer la compréhension des pratiques en ACS et de leurs liens avec d'autres objectifs de protection de l’environnement ;
  • analyser les moyens d'encourager les agriculteurs, par le biais de mesures appropriées (notamment le programme de développement rural), à adopter des pratiques de conservation des sols et
  • mettre ces informations à la disposition des parties prenantes et des décideurs politiques concernés dans un contexte européen.


Méthodologie

Pour atteindre les objectifs, le projet fournit une étude approfondie du lien entre a) les problèmes de sol, b) les pratiques et systèmes d'exploitation agricole et c) les politiques et leur mise en œuvre. Il comprend la collecte et le traitement de données à l'échelle de l'UE ainsi que des travaux sur le terrain par le biais d'études de cas axées sur la mise en œuvre locale de mesures politiques et la réaction des agriculteurs à ces mesures. Les analyses quantitatives et qualitatives effectuées par l'équipe de recherche sont confrontées à l'expérience et aux opinions des parties prenantes lors de six ateliers.


Structuration du projet

WP1: Bilan de la situation actuelle dans une perspective européenne.

Le WP1 passe en revue la littérature existante sur les pratiques de conservation agricole en relation avec les principaux objectifs de protection des sols (érosion, perte de matière organique des sols, compactage, salinisation, glissements de terrain) et dresse un état des lieux de la situation actuelle en matière de mesures politiques (ou contribuer à) la conservation des sols dans une perspective européenne.


WP2: Études de cas sur la gestion des sols / des terres et mesures politiques.

Le WP2 comprend 10 études de cas dans l’UE des 27 prenant en compte la couverture territoriale, les structures agricoles, les problèmes typiques de dégradation des sols agricoles, les systèmes et pratiques agricoles, les mesures politiques existantes et les conditions institutionnelles.


WP3: Conclusions / recommandations.

Le WP3 résume et synthétise les résultats et les traduit en conclusions et recommandations. Il ramène les résultats des études de cas (WP2) à la perspective de l'UE et les relie aux résultats du WP1.


WP4: Diffusion

 

Équipe

Le projet est mené par le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne et plus précisément par l'unité "Agriculture et sciences de la vie dans l'économie" (AGRILIFE) de l'Institut de prospective technologique (IPTS), l'unité Ressources naturelles, eau et écosystèmes et l'unité "Gestion des sols et risques naturels" de l'Institut pour la durabilité de l'environnement (IES), en étroite coopération avec l'unité "Environnement, OGM et ressources génétiques" de la DG Agriculture et développement rural.
La coordination générale et la méthodologie des études de cas sont assurées par l’Université Humboldt de Berlin, département de l’économie agricole et des sciences sociales, division de l’économie des ressources. 

Les études de cas sont réalisées par :

  • Belgique : Université de Gand, Faculté d'agriculture et de sciences biologiques appliquées Département d'économie agricole et département de gestion des sols et d'entretien des sols
  • Bulgarie : Université agricole de Plovdiv
  • République Tchèque : Université de technologie de Brno
  • Danemark : Université d’Aarhus, Faculté des Sciences Agronomiques et Université de Copenhague, Institut d'économie de l'alimentation et des ressources
  • France : SOLAGRO
  • Allemagne : Université Humboldt de Berlin, Département de l'économie agricole et des sciences sociales, Division de l'économie des ressources et Centre de recherche sur le paysage agricole de Leibniz (ZALF)
  • Grèce : Université Aristote de Thessalonique, Faculté d'agriculture et Université de Patras, Département d'économie
  • Italie : Commission européenne, Centre commun de recherche, Institut pour la durabilité de l'environnement (IES), unité «Gestion des sols et risques naturels» et Agenzia Servizi Settore Agroalimentare delle Marche (ASSAM)
  • Espagne : Centre d’éducation et de préservation de la biodiversité du Conseil supérieur de la recherche scientifique (CEBAS-CSIC) et École technique supérieure d'ingénieur agronome, Université polytechnique de Carthagène (UPCT)
  • Royaume-Uni : Université de Cranfield, ressources naturelles et Institut pour une politique européenne de l'environnement (IEEP)

Le bilan de la situation actuelle dans une perspective européenne est réalisé par:
Centre de recherche sur le paysage agricole de Leibniz (ZALF)
Institut de Socio-Economie, La Direction
SOLAGRO
 

Le projet SoCo comprend 10 études de cas dans l'UE des 27 qui prennent en compte la couverture territoriale, les structures agricoles, les problèmes typiques de dégradation des sols agricoles, les systèmes et pratiques agricoles, les mesures politiques existantes et les conditions institutionnelles.

Les études de cas comprennent :

  • Un dépistage des pratiques agricoles qui traitent des problèmes de conservation des sols (érosion des sols, compactage des sols, perte de matière organique des sols, contamination, etc.) ; l'étendue de leur application dans les conditions agricoles et environnementales locales ; leur effet potentiel sur la conservation des sols ; et leurs aspects économiques (dans le contexte de la gestion globale de l'exploitation).
  • Une analyse approfondie de la conception et de la mise en œuvre de mesures agroenvironnementales dans le cadre de la politique de développement rural et d'autres mesures ou instruments pertinents pour la conservation des sols ;
  • Un examen du lien avec d'autres objectifs environnementaux connexes (eau, biodiversité, changement climatique, pollution de l'air, etc.).

Au cours des études de cas, 5 ateliers (un ou plusieurs ateliers) ont été organisés pour présenter et discuter des principaux résultats avec les acteurs locaux de l'agriculture et autres, les ONG concernées, les représentants des autorités et les décideurs.

Les ateliers d’études de cas ont servi de première activité de diffusion. Les représentants des décideurs politiques, des agriculteurs et des autres parties prenantes des pays / régions voisins confrontés à des problèmes de conservation des sols similaires ont été invités à examiner les résultats et à recueillir des points de vue et des expériences supplémentaires.

Ces ateliers ont eu lieu mi-2008 en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni.