Nous ne prêtons que peu d’attention au sol que nous foulons chaque jour. Pourtant c’est une ressource essentielle, fondement de notre existence : 


​​

  • base de notre alimentation et de celle des animaux et végétaux

  • source d’habitat

  • part de nos besoins en énergies

  • stockeur de carbone (rôle pour la lutte contre le réchauffement climatique

  • filtre et barrière contre l’érosion


Le sol est une ressource non renouvelable : il faut 150 à 1000 ans pour en créer un seul centimètre. Mais un orage de quelques heures ou une dizaine d’années de travail du sol sont suffisantes pour les perdre…



​Aujourd'hui, la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) estime que près 33% des sols à l’échelle mondiale sont modérément ou gravement dégradés.




Les causes identifiées sont multiples : pollution, érosion, compaction, épuisement, salinisation, artificialisation... Selon le rapport de la FAO paru en 2015, l’érosion provoque la perte de 20 à 40 milliards de tonnes de couche superficielle de sol chaque année. Au-delà d’altérer le fonctionnement des sols, cela impacte les rendements et donc la production alimentaire.




Les risques encourus par les sols et le pas de temps très long pour en créer attestent de l’enjeu de préserver le sol. 

Des agriculteurs engagés dans des pratiques plus vertueuses et plus écologiques constatent qu’en adoptant de nouvelles façons de pratiquer leur métier, on peut très vite régénérer le sol, retrouver de la biodiversité, améliorer la qualité de l’eau, lutter contre le changement climatique.

Ces agriculteurs ont fait le choix de développer un système agricole innovant, basé sur la conservation du sol, nommé : Agriculture de Conservation des Sols